Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Qui sommes-nous ?

LEO 442 cool
Le boss, le chef, le dictateur, le garde-chiourme, l'exploiteur, l'esclavagiste, le président, bref, Dieu...

KPUN mad

Le nerd, l'esclave, le porte-bidon, le grouillot, la souillon, le technicien de surface, la hotline, bref, Cendrillon...

Les LEZARDS MENAGERS biggrin

L'alien, le résident, le bizarre autant qu'étrange, le McGiver, le monsieur "tout va bien", bref Monsieur Xerox...

PRESIDENT DOPPELGANGER frown

L'ex espion breton, le tatoué, le fourbe, le Lolo, bref, Fuckin' Droopy...

Fanzine/Playlist
Label
442e rue à la radio

La "442ème RUE" à la radio ? Oui, c'est possible, grâce aux émissions suivantes :

442ème RUE (le retour de la vengeance du rock'n'roll) :
Tous les mardis
18h30 - 21h00

ABC ROCK (le rock de A à Z) :
Les 1er, 3ème, et 5ème le cas échéant, mardis du mois
21h00 - 23h00

Best of "442ème RUE"
Les 2ème et 4ème mardis du mois
21h00 - 24h00

2 possibilités d'écoute :

Sur la FM : 
94.5 à MIGENNES (centre Yonne)

Via Internet :
www.triagefm.fr



 

 
Bienvenue sur La 442e Rue

Aloha !

GILETS JAUNES OU BLOUSONS NOIRS ?

Vous n'êtes pas sans savoir que, aujourd'hui, certains prétendent vouloir faire la révolution en jaune. Moui, pourquoi pas ! Les goûts et les couleurs...

A priori, sur le fond, j'aurais plutôt tendance à être d'accord. Pour la révolution, parce que pour le jaune, hein ? Outre que c'est quand même une couleur très moche, n'oublions pas que, dans l'inconscient collectif, le jaune est étroitement associé au cocufiage. Ce même cocufiage politique que les ci-devants gilets jaunes prétendent justement combattre et vilipender. Soit ! Ca part sûrement d'un bon sentiment.

Oui, mais... Parce que vous pensez bien qu'il y a un "mais" dans le bousin. Sinon, ce serait trop beau. C'est que ce mouvement des gilets jaunes est quand même bien beauf dans l'esprit. Pour ne pas dire réac. Depuis le début, il agrège certes des smicards, des érémistes (je ne sais s'il existe déjà un terme dérivé de RSA), et des retraités, qui, tous, ont de bonnes raisons de se plaindre de la baisse de leur pouvoir d'achat (j'en sais quelque chose, j'en suis) et de la hausse continue des taxes et des impôts (même déguisée sous de pseudo baisses ponctuelles, comme la farce de la taxe d'habitation, vite compensée, dans pas mal de villes, par la hausse d'autres prélèvements, les politiques ne sont jamais en manque d'imagination quand il s'agit de nous piquer du pognon), mais il racole aussi des chefs d'entreprise, des professions libérales (comme les taxis), ou des cadres, des gusses dont on ne peut dire que leurs fins de mois sont difficiles. Et que penser des routiers (qui sont quand même les plus gros pollueurs sur la route) ou des conducteurs de BMW, d'Audi, de Mercédès ou de 4x4 qui arborent un gilet jaune sur leur tableau de bord et réclament la baisse des taxes sur l'essence alors qu'ils roulent dans des gouffres écologiques. N'y aurait-il pas comme une couille dans le réservoir là ? Et je ne parle même pas des abrutis qui prennent leurs motos ou leurs voitures pour des chevaux de rodéo en cramant 10 litres d'essence à faire des donuts sur un parking ou à frimer à grands coups d'accélérateurs sur les axes urbains les plus fréquentés aux beaux jours (çà aussi c'est du vécu en ce qui me concerne, les joies d'habiter dans une ZUP). La chasse à la cagole passe avant la préservation des ours polaires chez ces bas du front.

Cet après-midi (samedi 1er décembre), je regardais négligemment une chaîne d'info en continu relatant les "débordements" sur les Champs-Elysées, et j'y vois 2 gilets jaunes interviewés. Le premier, sans rire, prétendant qu'il gagne 6000 euros par mois, et sa femme 3000, et qu'il ne lui reste plus rien pour vivre une fois ses impôts payés. Les 10 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté ont dû apprécier l'ironie. Quant au second, le voilà parti à philosopher sur la Révolution Française, quand le peuple oppressé a coupé la tête d'un roi alors qu'il n'était imposé qu'à 10 %, tandis qu'aujourd'hui on en est à 45 % d'imposition et qu'on ne fait rien. Ah ! C'est juste oublier un peu vite que la Révolution Française, contrairement à ce qu'on veut nous faire croire et à ce qu'on nous rabâche chaque 14 juillet, ne fut certainement pas une révolution populaire, mais bourgeoise, ces mêmes bourgeois, justement, qu'on voit affublés d'un gilet jaune aujourd'hui. L'histoire bégaye, encore et toujours.

D'ailleurs, ils apportent eux-mêmes la preuve du poujadisme de leur mouvement quand, comme un seul homme (ou une seule femme, n'omettons pas la parité), ils se déclarent apolitiques et reconnaissent que, dans leur grande majorité, ils n'ont jamais participé à aucune manifestation. Qu'ils n'étaient donc pas là lors des manifs contre les réformes des retraites (qu'ils prétendent défendre aujourd'hui) ou contre la casse des services publics. Beaucoup avouent que, au printemps dernier, ils ne soutenaient que modérément, voire pas du tout, la grève en pointillés des cheminots... qui se battaient pourtant pour la pérennité de la SNCF en tant que service public et contre sa privatisation. N'y aurait-il pas là comme un léger paradoxe ?

Et que dire de la récupération par les partis d'extrême droite ? De LR à RN. Dont on ne peut pas dire que leurs préoccupations politiques et économiques soient sociales. Ne prônent-ils pas un libéralisme encore plus sauvage que celui pratiqué par Macron et sa clique ? Donc un appauvrissement encore plus prononcé du "peuple" qu'ils prétendent défendre.

Le peuple a toujours bon dos quand on veut surtout défendre ses propres intérêts. Un chef d'entreprise se soucie-t-il de ses salariés, et donc du peuple, quand il les exploite en les payant au SMIC ?

Alors, le jaune, couleur de la révolution ? M'étonnerait. Jusqu'à preuve du contraire, ça reste encore le noir, celui de l'anarchisme, seul "régime" politique qui devrait prévaloir si l'humanité n'était pas si stupide, et s'il ne lui fallait pas s'inféoder à une autorité, quelle qu'elle soit, politique, économique, sociale. Je ne sache pas que le capitalisme soit égalitaire, tolérant et soucieux du bien-être de l'homme, fût-il habillé de jaune.

Personnellement, je préfère garder mon blouson noir. Même si je ne rêve plus du grand soir depuis longtemps. L'être humain est définitivement trop con. Au point qu'on peut se demander s'il faut encore vraiment le défendre et se battre pour tenter d'améliorer son sort. Il est dans la merde, il l'a bien cherché, ou, à tout le moins, n'a pas fait grand-chose pour y échapper. Tant pis pour lui. Se battre contre des moulins à vent ? C'était bon pour Don Quichotte. Vaudrait mieux construire des éoliennes, mais même çà, ça ne semble évident qu'à une minorité. Et sûrement pas aux gilets jaunes.

Hasta la vista !

LEO 442





 

 
LE ROCK'N'ROLL EST LA DERNIERE AVENTURE DU MONDE CIVILISE ! (OTH)
Vous êtes ici :  Accueil